ÉDITIONS PLEIN CHANT

AJOUTS

Mai 2021


l
   



Sans titre ?


   


 

Tiouou, tiouou, tiouou, tiouou,

Shpe tiou tokoua,

Tio, tio, tio, tio,

Kououtio, kououtiou, kououtiou, kououtiou :

Tskouo, tskouo, tskouo, tskouo,

Tsii, tsii, tsii, tsii, tsii, tsii, tsii, tsii, tsii, tsii.

Kouorror, tiou. Tskoua pipitskouisi.

Tso, tso, tso, tso, tso, tso, tso, tso, tso, tso, tso, tso, tsirrhading !

Tsi si si tosi si si si si si si si,

Tsorre tsorre tsorre  tsorrehi ;

Tsatn tsatn tsatn tsatn tsatn tsatn tsatn tsi.

Dlo dlo dlo dla dlo dlo dlo dlo dlo

Kouioo trrrrrrrritzt.

Lu lu lu ly ly ly lî lî lî lî,

Kouio didlli loulyli.

Ha guour guour koui kouio !

Kouio kououi kououi kououi koui koui koui koui, ghi ghi ghi ;

Gholl gholl gholl gholl ghlia hududoi.

Koui koui horr ha dia dia dillhi !

Hets hets hets hets hets hets hets hets hets hets hets hets hets hets hets

Touarrho hostehoi ;

Kouia kouia kouia kouia kouia kouia kouia kouiati ;

Koui koui koui io io io io io io io koui

Lu lyle lolo didi io kouia.

Higuai guai guay guai guai guai guai guai kouior tsio tsiopi.

 




Ce texte parut dans Le Livre des Singularités (Dijon, Paris, 1841, page 339), un « recueil fantasque, sérieux, burlesque, érudit, frivole, grave, amusant, facétieux, admirable, piquant, détestable, parfois instructif, parfois ennuyeux, souvent décousu, mais toujours varié ; c’est déjà quelque chose » — ainsi l’auteur, G. P.  [Gabriel Peignot] Philomneste présentait-il son livre. Page XIV de sa préface, il a donné un autre texte de ce genre, extrait d'un ouvrage plus ou moins apocryphe, Souvenirs de Madame la Marquise de Créquy, 1840, volume 6, page 222.

 
    Ti-ô-ou, ti-ô-ou, ti-ô-ou,
        
   Spé tiou z'cou-à.
           Cou-orror-pipi ;
     Ti-ô, ti-ô, ti-ô, ti-ô-tixe !
     Cou-ciò, cou-
ciò,cou-ciò !
     Z'cou-ô, z'cou-ô, z'cou-ô ;
            T'zi, t'si, t'si…        
     Curror-tiou ! z'quouâ-pipi, coui !


La page 339 du Livre des Singularités nous donne un troisième texte de ce genre dont voici les sept premières lignes — on se lasse des meilleures choses, et des lignes, il y en a vingt-cinq — que Nodier, dans son édition du poème latin Philomela [en français, Philomèle, venu du latin philomela, est le nom vieilli du rossignol] (1829), attribue à l'ornithologiste allemand Jean-Mathieu Bechstein (1757-1811).

Tiouou, tiouou,
tiouou, tiouou,
Shpe tiou tokoua,
Tio, tio,
tio, tio,
Kououtio, kououtiou,
kououtiou, kououtiou :
Tskouo,
tskouo, tskouo, tskouo,
Tsii, tsii,
tsii, tsii, tsii, tsii, tsii, tsii, tsii, tsii.
Kouorror, tiou. Tskoua pipitskouisi
[…]




Explication.

Les trois textes sont censés  transcrire en langage humain le chant du rossignol. Si le premier a pour titre

LE CHANT DU ROSSIGNOL ;
Texte pur, écrit sous sa dictée
et traduit en français ;
Précédé de son éloge et suivi d'un mot sur le langage des animaux, etc.

le second commence abruptement, sans titre ni présentation, et Gabriel Peignot conclut le troisième par « Voilà le texte pur de la langue des rossignols. »
Alors, un titre ? En voici un, prosaïque, tout simple :


LA LANGUE DES ROSSIGNOLS







Accueil | Nouveautés | Table des Ajouts